Blogue d'un Canadien errant

Libre penseur, Sylvio Boudreau erre d'une pensée à l'autre sur divers aspects du Canada français. Que ce soit des coups coeurs pour un artiste, un coup de gueule, une proposition ou pour souligner une belle initiative, ce blogue cherchera à susciter des réactions et un débat.

vendredi 19 octobre 2012

Le secret pour rester jeune

Lors de mon anniversaire, quelques personnes ont fait référence à mon âge. Je lève le mystère pour tous et vous dévoile la vérité  :

  • Ma naïveté : 4 ans
  • Mes yeux d'enfant pour découvrir le monde : 7 ans
  • Mon coeur pour aimer: 20 ans
  • Mon âme (j'ai beaucoup vécu) : 85 ans
  • Mon poid (je retrouverai bientôt mon 6 packs) : 22 ans
  • Âge biologique : 52 ans
  • Ma colonne vertébrale (suite à un accident d'auto) : 62 ans
Si vous faites la moyenne, mon âge réel est 36 ans.
Tiens c'est exactement l'âge que me donne mon hygiéniste dentaire, elle doit avoir un don.


[Facebook] [Twitter] [Google+] [LinkedIn] [MySpace]

jeudi 9 août 2012

Salut Robert le bâtisseur (1935 - 2012)

Réjean, Hector, Donald, mon père, Sylvio (moi)
Réjean, Hector, Donald, mon père, Sylvio (moi)

Robert on t'a surtout connu comme un homme d'affaires. 

Toute ta vie tu as été un batailleur. Pas étonnant, car faisant partie d'une famille de 14 enfants, il fallait tirer bien fort sur la couverture si tu ne voulais pas geler durant les nuits d'hiver.

Tu n'étais pas un entrepreneur qui se comportait en tornade en innovant ou en brassant tout sur son passage. Tu étais plutôt un long fleuve qui creuse patiemment son chemin, contournant les obstacles et en y laissant des traces tangibles de ton passage. 

Tu n'étais pas un « pelleteux » de nuages, ni un vendeur de rêve. Tu étais surtout un bâtisseur, qui enracinait ses idées dans la terre en construisant des maisons, des commerces, un motel.

Tu étais aussi attentionné dans ton travail. J’ai souvenir d’un jour qu'il manquait de ciment sur un chantier, tu es allé aussitôt avec ta fourgonnette chercher les 28 sacs manquants. Tu as mis le premier sac dans le véhicule et... Donald les 27 autres.

Des projets tu en avais plein la tête, même lorsque tu dormais sur ta chaise longue dans le salon, tu disais ne pas dormir, mais travailler sur un nouveau projet. Je me rappelle aussi mes visites au foyer de soins où tu avais encore plein de projets dans la tête, même si ta santé ne te permettait plus de les réaliser.

Tu as connu peu d'échecs, car tu savais d'instinct quand il fallait se retirer. Je me rappelle encore à mes 5 ans, tu avais entrepris de nous faire la démonstration que nous pourrions nous lasser de la crème glacée. Tu as acheté un premier gallon de crème glacé, saveur napolitaine, que tu as déposé lentement sur une chaise à l'extérieur. Nous avons alors attaqué à la cuillère le trésor rafraîchissant. Un deuxième gallon était réclamé et encore une fois nous l'avons dévoré. Tu t'es alors avoué vaincu et en compensation tu nous as offert à chacun un dernier « casseau à 10 ¢ ». Dans mes yeux d'enfant, mon père était le plus fort. Tu m'as fait la démonstration ce jour-là que même le chêne le plus solide peut se transformer en roseau et plier devant les événements.

Je me rappelle aussi ton humour très particulier, quand suite à une fructueuse soirée de pêche tu as fait préparer à maman tes fameux poissons. Elle les avait soigneusement nettoyés et assaisonnés et lorsqu'il fut le temps de les mettre au four, tu lui as avoué qu'ils n'étaient pas comestibles.

Ce n'est pas facile de rendre hommage à un homme aussi secret que toi. Les mots tu n'avais pas appris à les apprivoiser. Tu étais plus à l'aise à exprimer tes sentiments par les gestes. J'ai d'ailleurs encore un certain plaisir à me promener dans le quartier Boudreau que tu as construit. Je peux y apercevoir les rues Boudreau, Donald, Réjean, Hector et la promenade Sylvio. Donner notre nom à une rue, c'était l'une de tes façons de nous exprimer ton amour.

Non tu n'étais pas parfait et toute ta vie tu as lutté contre tes démons, mais tu es mon père et je t'aime.


Liens utiles

CommentaireRéagissez à cet article Lire les commentairesLire les commentaires (3)

[Facebook] [Twitter] [Google+] [LinkedIn] [MySpace]

samedi 10 décembre 2011

Décompte des 10 raisons pour se sentir vieillir

Moi à 50 ans
Moi à 50 ans

10. Vous vous rappelez de Pépinot et Capucine à la télévision.
9. Vous avez déjà possédé une bicyclette avec un siège banane.
8. Vous avez plus de poils dans les oreilles que sur la tête.
7. Vous devez porter vos lunettes, car cet article est écrit trop petit.
6. Vous achetez des souliers sans lacet, car vous ne pouvez plus vous pencher pour les attacher.
5. Après avoir fait des travaux dehors, vous ne prenez plus une bière, mais une Tylenol.
4. Lorsque vous rencontrez vos amis, vous ne parlez plus de vos conquêtes, mais de vos petits bobos.
3. Vous avez plus d'années de souvenirs que d'années à venir.
2. En une semaine, vos neveux et nièces ont plus d'amis sur Facebook que vous en un an.
1. Quand votre fils dit « Dans le temps de mon papa, les dinosaures avaient presque tous disparu »


Eh oui j'avoue, je n'ai pas de lacet sur mes chaussures, mais rassurez-vous je peux encore les attacher.


[Facebook] [Twitter] [Google+] [LinkedIn] [MySpace]

vendredi 2 décembre 2011

Ne limitez pas votre vie par ce que vous offre le monde

« Ne limitez pas votre vie par ce que vous offre le monde. Vous pouvez le changer, vous pouvez l'influencer, vous pouvez vous indigner, vous pouvez construire vos propres choses que d'autres pourront utiliser. Une fois que vous apprenez cela, vous ne serez plus jamais le même.»

Inspiré d'une pensée de Steve Jobs



[Facebook] [Twitter] [Google+] [LinkedIn] [MySpace]